Symposium EAP “Ethics in Psychotherapy”

Symposium EAP “Ethics in Psychotherapy

Sunday: 25-February-2018 – Sigmund Freud University, Freudplatz 1, 1020 Vienna

Participation Fee:

70 € (for participants from Eastern Europe)

90 € (for participants from Western Europe)

10 € Deduction for Students:

10 € ‘Early Bird’ reduction (before 1st January 2018)

Contact Organizer:  Irena Bezic (idemodalje@post.htnet.hr)

Bookings to: EAP Head Office: Natalia Tereshchenko (info@europsyche.org)

Fees paid by: Cash on Day; or Bank Transfer to ‘EAP Ethics’

Beneficiary European Association for Psychotherapy

IBAN: AT684300035337340000 – BIC: VBOEATWW

Conseil Supérieur de la Santé Mentale

Prévu par la nouvelle législation, le Conseil Supérieur de la Santé Mentale est constitué de 16 psychologues cliniciens, 4 orthopédagogues cliniciens et 8 médecins (principalement des psychiatres) membres effectifs  et autant de membres suppléants. Un équilibre linguistique et université-secteur est garanti.

Tous les membres y sont nommés comme expert à titre individuel. Notre Vice-président Paul Kestemont siège au sein du Conseil.

Ce Conseil a commencé ses travaux qui consistent à donner des avis en matière de santé mentale au Ministre de la Santé. Les membres sont élus pour une durée de 6 ans. La Ministre De Block a annoncé qu’il a été trop peu investi dans le domaine de la santé mentale et que désormais la santé mentale bénéficierait de 30 millions d’euros supplémentaires chaque année.

Actuellement, le Conseil de la Santé mentale travaille sur les critères d’agréments des psychologues cliniciens.

Développement Professionnel Continu

La profession de psychothérapeute exige de développer en permanence tant ses connaissances théoriques et pratiques que sa connaissance de soi. Cette nécessité est inscrite dans le principe 2.c du Code d’Ethique.

L’EAP a élaboré les critères auxquels doit répondre le Développement Professionnel Continu (DPC) de tout psychothérapeute titulaire du Certificat Européen de Psychothérapie désireux d’en actualiser la validité.

Le DPC doit comprendre un minimum de 250 heures réparti sur une période de 5 ans, et porter sur différents éléments parmi ceux repris ci-dessous :

le suivi de formation professionnelle ou de cours supplémentaires en psychothérapie ; • le suivi de supervision individuelle ou en groupe concernant sa pratique psychothérapeutique, ou le suivi de séances d’intervision (cet élément devrait représenter 20% pour chaque année) ; • la participation ou la présence à des conférences, colloques, ateliers, séminaires et autres activités d’apprentissage en commun, portant sur la théorie ou la pratique de la psychothérapie (cet élément devrait représenter 30% pour chaque année) ; • des fonctions au sein d’associations professionnelles de psychothérapie comme membre du Conseil ou d’autres comités (cet élément ne peut compter pour plus de 10 heures chaque année) ; • la participation à des formations en psychothérapie en tant que superviseur, chercheur, professeur,… ; • la publication de livres et articles sur la psychothérapie (cet élément ne peut compter pour plus de 10 heures chaque année) ; • la poursuite de thérapies sur sa propre personne ou d’autres travaux de réflexions sur soi (méditation, retraite, conscientisation,…) ; • la participation à des activités de DPC ou de formation professionnelle dans des domaines liés à la psychothérapie, tels la psychiatrie, la psychologie, la sociologie, l’anthropologie, la psychopathologie, le nursing, les pratiques thérapeutiques spécialisées,…

Le minimum requis de 250 heures ne peut pas comporter plus 75 heures d’un même élément.

Il sera tenu compte des cas spécifiques comme celui d’un psychothérapeute ayant dû prendre une année sabbatique, ou celui d’une reprise d’activités après une longue période d’arrêt. En cas de pratique professionnelle à temps partiel, un système de pro-rata peut être envisagé.

Le développement professionnel continu est également une exigence de la législation belge en matière de psychothérapie. Toutefois les mesures d’application n’ont pas encore été discutées au Conseil Fédéral..

La Plate-forme Psychothérapie

La Plate-forme Psychothérapie a été créée à l’initiative de l’ABP-BVP, comme un outil facilitant la mise en œuvre de ses idées et ses activités (voir site www.abp-bvp.be).

Son but est d’organiser et faciliter sur le plan régional, provincial et national, la coopération entre psychothérapeutes individuels ou en groupe de praticiens,  en créant une plate-forme d’échanges  en matière de formation, de pédagogie, de psychologie et de soins au sein du secteur de la santé mentale tant en Belgique qu’à l’étranger.

L’activité principale consiste notamment en l’échange d’avis, de demande d’expertise, de recommandations, d’informations pratiques que ce soit en matière de lecture, de formation, de participation à des séminaires, intervisions, de discussions de cas, de supervisions. Ces échanges se font lors de formation en groupes  (peer-groups) dans le but de pouvoir traiter les patients/clients de manière professionnelle et globale.

Les psychothérapeutes de toutes modalités et de toutes formations peuvent adhérer gratuitement à titre individuel ou en tant que groupe de praticiens. Les activités annoncés dans l’agenda donnent une possibilité de recevoir des points d’accréditation.

Plus d’information sur l’adhésion sur le site  www.platformpsychotherapie.be

Nouveau Site

Cher,

Enfin, nous pouvons mettre le nouveau site de l’ABP-BVP en ligne. Le site flamand est presque complètement terminé. Le site français n’est pas encore complètement terminé, nous attendons les dernières traductions correctes. Nous vous souhaitons la bienvenue sur ce site de l’ABP-BVP et son outil Plate-forme Psychothérapie et nous esperons, de cette façon, vous tenir au courant de ce qui se présente dans le paysage de la psychothérapie en Belgique et en Europe.

Vistitez régulièrement les deux sites et vous êtes de nouveau au courant de dernières nouvelles.

ABP-BVP